Skip to Content

Cruciverbiste >> Blog

Règles du jarnac

Le Jarnac est un jeu de lettres créé par Émile Lombard. Il oppose deux joueurs, ou deux équipes de plusieurs joueurs autour d’un objectif commun : finir de compléter en premier sa propre grille par des anagrammes à chaque fois plus longues.

Le matériel

Pour ce jeu, il est nécessaire de disposer d’un tapis de jeu comportant 8 lignes de 9 cases et d’un sac opaque contenant en tout 144 lettres, selon cette répartition : 14 A, 4 B, 7 C, 5 D, 19 E, 2 F, 4 G, 2 H, 11 I, 1 J, 1 K, 6 L, 5 M, 9 N, 8, O, 4 P, 1 Q, 10 R, 7 S, 9 T, 8 U, 2 V, 1 W, 1 X, 1 Y et 2 Z. Au total, huit mots peuvent donc être affichés sur le plateau. L’originalité du jeu tient au fait que les mots ne sont pas figés, mais peuvent être transformés en ajoutant une ou plusieurs lettres.

jarnac 1

 

Les règles du Jarnac

Le déroulement de la partie se déroule en plusieurs tours. Au premier tour, le premier joueur tire six lettres ; il doit alors composer un mot de 3 lettres minimum qu’il pose sur la première ligne de son tapis. S’il réussit, il tire alors une lettre supplémentaire et soit compléter son premier mot soit ouvrir la ligne suivante. Il continue jusqu’à ne plus pouvoir modifier son tapis, ou du moins selon son avis. Il passe alors le sac de lettres à son adversaire, qui agit de même.

Les tours alternent, mais avec une différence : le joueur qui détient le sac opaque peut soit tirer une nouvelle lettre, soit échanger 3 lettres non utilisées de son tapis. En outre, si l’adversaire constate sur le plateau de l’autre un mot que celui-ci pouvait faire, il annonce immédiatement « Jarnac », constitue le mot et le place sur son propre plateau.
La partie cesse lorsque l’un des joueurs atteint la septième ligne de son tapis et ne peut plus compléter ses mots.

Le score de chacun est alors calculé en attribuant à chaque mot une valeur égale au carré de son nombre de lettres, soit au maximum 81 points pour un mot de 9 lettres.

Un jeu aux différentes variantes

Des variantes peuvent venir compliquer le jeu. On peut ainsi le rendre plus difficile en n’autorisant à chaque changement que la création d’un mot nouveau, c’est-à-dire d’une racine autre. La série joue, jouer, jouera sera ainsi interdite, mais celle joua, ajour, jouera sera possible. Certains aficionados interdisent les verbes conjugués, et n’autorisent en outre l’ouverture de la ligne finale uniquement si compléter l’une des précédentes est impossible ; de telles contraintes sont notamment retenues lors des festivals de jeux. Une autre option consiste à accepter toutes sortes de mots, tout en attribuant 100 points à un mot de neuf lettres qui n’est ni un mot au féminin ou au pluriel, ni un verbe conjugué.

Poster un commentaire